Top
Home / Bien être au travail  / Avoir du succès grâce à l’intelligence émotionnelle
Intelligence émotionnelle

Avoir du succès grâce à l’intelligence émotionnelle

L’intelligence émotionnelle est encore trop méconnue. C’est pourtant la seule intelligence qui assure d’avoir du succès dans tout ce que l’on entreprend, aussi bien au niveau professionnel que personnel.

À la différence de l’intelligence intellectuelle, elle peut être développée au cours de notre vie, assez facilement je dois dire. Encore faut-il savoir ce que c’est.

Nous verrons dans cet article ce qu’est l’intelligence émotionnelle, ce qu’elle peut vous apporter, et comment la développer pour laisser derrière vous les différentes barrières qui vous empêchent d’avoir le succès que vous méritez.

Je vous proposerai de réaliser un petit test pour connaitre votre niveau actuel d’intelligence émotionnelle ainsi qu’un test pour connaître votre tempérament.

Vous découvrirez les différentes blessures émotionnelles qui vous empêchent de vous épanouir aujourd’hui, mais rassurez-vous je vous donnerai les clés pour commencer à les guérir.

Enfin nous parlerons du Mindfulness, un mouvement basé sur la respiration qui permet de sentir un grand bien être.

Développez votre intelligence émotionnelle

L’intelligence émotionnelle, qu’est-ce que c’est ?

L’intelligence émotionnelle est la capacité à reconnaître ses sentiments et ses émotions, à les gérer de manière adéquate, et à utiliser ces informations pour guider ses pensées et ses actions au moment d’interagir avec les autres.

C’est quelque chose de global, ce n’est pas une simple compétence. C’est un ensemble de capacités qui mises ensemble, permettent d’éprouver du bien être et d’avoir des interactions saines avec les autres.

En intelligence émotionnelle, on ne se focalise pas seulement sur les émotions, mais également sur les pensées rationnelles. Ces éléments doivent travailler ensemble pour nous permettre de développer notre intelligence émotionnelle.

L’intelligence émotionnelle se mesure grâce au quotient émotionnel.

Ce quotient a été inventé pour remplacer le quotient intellectuel, qui ne permettait pas de mesurer la réussite des gens dans leur vie. En effet, le quotient intellectuel représente l’intelligence intrinsèque. Mais voilà, nombreuses sont les personnes bonnes en maths qui ne réussissent pas leur vie. Au contraire, nombreuses sont les personnes qui réussissent leur vie et s’épanouissent complètement, alors qu’elles sont loin d’avoir le QI d’Einstein. En fait, la réussite semblerait être liée à notre capacité à interagir avec les autres.

C’est la raison pour laquelle il est indispensable de développer son intelligence émotionnelle. Plus on a la capacité de reconnaître et dominer nos émotions et nos sentiments, plus on est capable de comprendre celles des autres. Cela permet de se sentir bien avec soi-même et d’avoir des interactions saines avec les autres.

L’intelligence émotionnelle se joue sur deux terrains : l’intra-personnel (soi-même) et l’inter-personnel (les relations avec les autres).

intelligence émotionnelle

L’intra-personnel

Il s’agit de soi-même, aussi bien physiquement que psychiquement. Cela peut aller de sentir la caresse du vent sur notre peau à ressentir de la haine pour quelqu’un, ou encore d’une douleur ressentie dans le dos à ressentir de l’amour pour quelqu’un.

La conscience de soi

C’est la capacité à reconnaître ses émotions. Cela implique de savoir les identifier, de les différencier, d’être capable d’identifier à quel moment elles se présentent et d’évaluer leur intensité.

Il s’agit de développer sa capacité à s’observer soi-même.

Pour vous y aider, essayez de vous poser ces questions à chaque instant de la journée :

  • Comment vous sentez-vous ?
  • Quel effet (agréable ou désagréable) cette sensation produit-elle sur vous ?
  • Où sentez-vous cela dans votre corps ?
  • Selon vous, pourquoi vous vous sentez ainsi ?

Faire cette analyse permet de prendre le temps d’écouter son corps et d’analyser ses différents états, émotions et sentiments.

La première phase pour s’améliorer est de prendre conscience de ce qu’il y a à améliorer.

Conscience de soi

Vous êtes la seule personne à connaître la bonne attitude à adopter, car vous êtes la seule personne à identifier et analyser vos sentiments.

Il est important d’identifier autant ses qualités que ses défauts. La plupart des personnes qui n’ont pas confiance en elles identifient plus de défauts que de qualités quand on leur demande de les lister.

Si vous avez du mal à agir dans votre vie, il se peut que ce soit à cause des pensées catastrophiques. Vous savez, quand on s’imagine la situation la plus extrême, la pire qui puisse nous arriver ? Ces pensées nous immobilisent et nous empêchent d’agir. Il faut apprendre à vivre dans le moment et l’endroit présent, et ne pas s’imaginer des choses qui n’ont presque aucune chance d’arriver.

L’auto-régulation

C’est la capacité à contrôler de manière adéquate ses émotions, autrement dit c’est la maîtrise de soi. Cela ne signifie pas de les freiner et encore moins de les ignorer.

L’auto-régulation naît d’une réflexion personnelle.

Beaucoup de personnes ne veulent pas affronter leurs émotions et préfèrent les ignorer. C’est un problème car cela mène à tous les mauvais comportements, comme la dépendance ou la violence.

Nous allons toujours ressentir des émotions, alors autant les comprendre et les dominer plutôt que de les éviter.

L’auto-motivation

C’est la capacité à faire les choses par conviction et non pas obligation ou par pression de quelqu’un d’autre.

Pour cela, il est indispensable de se fixer des objectifs à atteindre qui ont du sens pour nous. Des études ont montré que beaucoup de personnes en dépressions n’avaient aucuns objectifs personnels.

Il ne s’agit pas de se fixer comme objectif d’escalader l’Everest, mais plutôt d’avoir des petits objectifs à atteindre tous les jours.

L’auto-motivation inclus également les aspects d’estime de soi.

L’inter-personnel

Il s’agit de toutes les interactions physiques et sentimentales que nous avons avec les autres.

L’empathie

C’est la capacité à reconnaitre et à comprendre les émotions des autres, en prenant en compte leurs motivations et leurs raisons.

Pour développer son empathie, il faut laisser de côté ses propres émotions, pensées, croyances personnelles et écouter avec attention l’autre.

Attention, contrairement à une croyance populaire, il ne s’agit pas de se mettre dans la peau de l’autre. Cela est impossible, car chaque personne a vécu des évènements qui ont forgé sa personnalité tout au long de sa vie.

Il s’agit plutôt d’identifier les émotions des autres en acceptant qu’ils ont leurs propres raisons d’agir comme ils le font.

Aptitudes sociales

C’est en quelque sorte le résultat des quatre capacités antérieures.

Lorsqu’on se comprend soi-même et qu’on comprend les autres, l’interaction avec les autres est beaucoup plus efficace et harmonieuse.

Chaque relation est différente, avoir des aptitudes sociales signifie s’adapter à la personnalité de chacun.

Par exemple, certains meilleurs amis se voient trois fois par semaine, et d’autres seulement une fois par an. Il n’y a pas de règle, l’important est d’avoir une relation en harmonie avec l’autre.

Un autre exemple est celui des messageries instantanées. Certaines personnes s’énervent si un ami ne leur répond pas tout de suite ou ne répond pas à un message. Il faut comprendre que chacun gère son smartphone à sa façon. Certaines personnes ont leur téléphone greffé dans la main et certaines personnes essaient de ne pas se laisser polluer par toutes sollicitations que leur smartphone génère. Cela ne veut pas dire qu’elle ne vous aime pas. Il faut savoir s’adapter aux différentes personnalités.

Pourquoi peu de personnes cherchent à développer leur intelligence émotionnelle ?

Depuis l’enfance, on nous fait croire que le plus important dans la vie est d’avoir des bonnes notes à l’école, en apprenant des choses par cœur, ou en résolvant des problèmes de maths.

Tout cela est lié au quotient intellectuel.

Le problème est que la capacité intellectuelle est définie dans nos gènes et on ne peut pas la faire évoluer.

À l’inverse, le quotient émotionnel peut évoluer.

Malheureusement personne ne parlait d’intelligence émotionnelle il y a encore quelques années. Encore trop peu de monde sait ce que c’est.

Qi vs QE

Alors pour vous donner envie de travailler sur votre intelligence émotionnelle, sachez que de nombreuses études sont arrivées à la même conclusion : les personnes qui ont le plus de succès dans leurs vies ont toutes un niveau élevé d’intelligence émotionnelle et un quotient intellectuel moyen.

Votre niveau d’intelligence émotionnelle : faites le test !

Maintenant que vous savez ce qu’est l’intelligence émotionnelle et que vous avez compris qu’elle peut avoir une grande influence sur votre vie, je vous propose de faire le test, qui révèlera votre niveau d’intelligence émotionnelle actuel.

C’est un test rapide (environ 5 minutes), qui vous livra les forces et les faiblesses de votre profil. Cela vous permettra de prendre conscience de vos forces et de travailler sur vos faiblesses.

Faites le test !

Le contact interne

Le chemin qui mène à ressentir un sentiment est toujours le même : Nous ressentons une sensation, nous avons une perception, nous sentons une émotion, nous réfléchissons et enfin nous éprouvons le sentiment.

Voyons cela plus en détail.

Le contact interne

1. La sensation

C’est l’impression première produite en nous par quelque chose interne ou externe à travers nos sens : l’odorat, le goût, le toucher, la vue et l’ouïe.

Nos sens conditionnent la perception que l’on a des sensations.

Certaines des sensations sont plus importantes que d’autres. Par exemple l’odeur de gaz est plus importante pour nous qu’une odeur de fleur. Notre cerveau fait le tri automatiquement grâce à notre histoire et nos différentes expériences.

2. La perception

Si la sensation passe le premier filtre, nous générons une perception.

Reprenant l’exemple de l’odeur de gaz, nous avons tendance à la lier à un danger potentiel.

La perception dépend de chacun et de l’histoire de chacun. Une mauvaise expérience peut mener à déformer la perception que l’on a d’une sensation.

Par exemple croiser une personne dans une rue sombre le soir, peut être perçue comme un danger pour quelqu’un qui a déjà été victime d’agression, mais peut ne pas avoir d’importance pour quelqu’un qui n’a jamais eu ce problème.

3. L’émotion

Les émotions sont le résultat de l’évaluation de la situation que vous avez faite inconsciemment durant la phase de perception.

Les émotions viennent d’un mécanisme de survie. C’est un mécanisme basique que nous avons développé au cours de l’évolution de l’espèce humaine pour réguler notre vie.

Les émotions sont intenses et de courte durée. Elles apparaissent avant les sentiments, et dépendent des sensations et de la perception.

Il y a deux types d’émotions. Les émotions primaires, qui sont celles avec lesquelles nous naissons. Et les émotions secondaires, qui se développent au cours de notre vie.

Les émotions primaires sont : La joie, la tristesse, la surprise, la peur, le dégout et la colère.

Les émotions primaires

Les émotions secondaires sont :

  • Se sentir coupable
  • Envier les autres
  • Être jaloux
  • Être orgueilleux
  • Tomber amoureux
  • Avoir honte

4. La pensée

C’est le fruit des informations que les émotions nous transmettent. Elle nous sert à conceptualiser notre situation à partir de nos émotions.

C’est dans cette phase que nous pensons et analysons la situation. Les trois phases antérieures sont inconscientes et incontrôlables.

5. Le sentiment

C’est le produit des émotions et des pensées. Il est peu intense, mais dure longtemps.

Tout ce qui nous arrive dans la vie passe par ces cinq phases, même si nous n’en avons pas conscience.

Le fait d’identifier les cinq phases qui mènent au sentiment permet de s’analyser profondément et de mieux se comprendre.

Identifier ces cinq phases est plus difficile pour certains que pour d’autres. Quel que soit votre cas, commencez dès maintenant à les identifier pour commencer à développer votre intelligence émotionnelle.

Les tempéraments

Le tempérament se situe au niveau biologique et instinctif de la personnalité. Il est déterminé par notre héritage génétique. Il influe considérablement le fonctionnement des systèmes nerveux et endocriniens, il influence les neurotransmetteurs et les hormones. Bref, il influence notre comportement.

Il y a quatre catégories de tempéraments. Chacun a ses qualités et ses faiblesses, mais il n’y en a pas un mieux que les autres.

Il est normal de se reconnaître dans les quatre tempéraments. Mais nous avons un tempérament principal qui domine notre personnalité.

Connaître son tempérament est essentiel pour commencer à se comprendre et s’accepter. En effet, pour réussir sa vie, il faut commencer à accepter la personne que l’on est, pour travailler avec ses forces, et non avec ses faiblesses.

Je vous propose de faire le test maintenant pour connaître votre tempérament. N’ayez pas peur et lancez-vous !

Faites le test !

Voyons les caractéristiques des quatre tempéraments.

Le colérique

Les colériques sont inquiets, actifs, nerveux et impulsifs. Ce sont des personnes ambitieuses et capables de se convertir en leaders. Elles sont souvent sûres d’elles et se fixent des objectifs à atteindre.

Elles ne sont pas très sensibles aux nécessités ni aux sentiments des autres.

Les colériques peuvent être parfois dominants, manipulateurs et agressifs.

Le sanguin

Les sanguins sont très sociables et apprécient la compagnie des autres. Ils sont souvent bavards, joyeux, créatifs, désordonnés et insouciants.

Comme les colériques, ils sont très actifs et nerveux, mais plus flexibles, optimistes et sensibles.

Ils tolèrent très bien le risque et fuient l’ennuie, c’est la raison pour laquelle ils vivent des aventures et des émotions fortes. Ils aiment prendre du plaisir et découvrir des sensations nouvelles.

Le flegmatique

Ce sont des personnes très tranquilles et relaxées. Elles aiment agir sans se précipiter et prendre leur temps pour faire les choses.

Par contre, elles n’aiment pas les changements et les imprévus, elles préfèrent suivre une routine.

Elles ont de bonnes relations avec les autres. Ce sont des personnes fidèles, elles aiment les câlins et elles valorisent la compagnie de leurs êtres chers.

Elles font en sorte de toujours maintenir l’harmonie et éviter les conflits. Elles aiment aider les autres.

Le mélancolique

Ce sont des individus introvertis et qui pensent beaucoup. Ils sont indépendants et ils ont une grande capacité à développer des pensées sur des sujets difficiles et profonds.

Souvent, ils sont très créatifs et beaucoup d’entre eux évoluent dans le domaine des arts, de la littérature, de la musique, etc.

Ils sont doués pour l’introspection.

Souvent ils voient le côté négatif des choses. Ils peuvent se préoccuper grandement par la cruauté et les tragédies qui arrivent dans le monde. Ce sont des personnes sensibles, qui se sentent facilement blessées.

Ce sont des personnes en général peu sociables, tranquilles, organisées, réservées et sérieuses. Elles peuvent souffrir d’anxiété et de dépression.

Les blessures émotionnelles

Tout au long de notre vie, nous avons expérimenté diverses situations. La conséquence est que certaines situations difficiles peuvent nous faire souffrir douloureusement. 

Les blessures émotionnelles font surface lorsqu’une situation génère une émotion intense de douleur, de rage, de tristesse, de peur, de désespération, de panique, et que nous n’arrivons pas à la gérer de la bonne manière. 

Les blessures émotionnelles mettent plus de temps à guérir que les blessures physiques. 

Elles se produisent pendant les premières années de vie et peuvent influencer le développement de la personnalité. 

Voici les cinq types de blessures émotionnelles.

Le rejet 

Les blessures émotionnelles causées par la peur du rejet nous empêchent d’accepter nos sentiments, nos pensées et nos expériences.

Son apparition dans l’enfance est causée par le rejet des parents, de la famille ou des pairs. La douleur générée par cette blessure empêche une construction adéquate de l’estime de soi et de l’amour-propre.

Elle génère des pensées de rejet, de non-désir et de disqualification envers soi-même. La personne qui souffre de rejet ne se sent pas digne d’affection ou de compréhension et s’isole, de peur de vivre à nouveau cette blessure.

L’adulte qui était un enfant rejeté est probablement une personne insaisissable. C’est la raison pour laquelle elle doit travailler sur ses peurs internes qui génèrent des situations de panique. 

L’abandon 

L’impuissance est le pire ennemi de ceux qui ont connu l’abandon dans leur enfance. Ils ressentent une grande douleur causée par la peur d’être seul, isolé et sans protection devant un monde qu’ils ne connaissent pas.

C’est l’une des blessures émotionnelles les plus importantes. Dans ce contexte, l’adulte tentera d’éviter à tout prix de souffrir à nouveau de l’abandon.

Par conséquent, celui qui souffre d’abandon a tendance à abandonner à la fois ses partenaires et ses projets. Ils ont tendance à penser de cette façon : “Je te quitte avant que tu me quittes”, “personne ne me soutient, je trouve cela insupportable”, “si tu pars, ne reviens pas”.

Ces personnes doivent travailler sur leur peur de la solitude, leur peur d’être abandonné et leur refus des contacts physiques (câlins, baisers, etc).

L’humiliation

Les blessures dues à l’humiliation apparaissent lorsque nous sentons que les autres nous désapprouvent et nous critiquent. Chez les enfants, cela arrive par exemple quand on leur dit constamment qu’ils sont maladroits ou mauvais.

Cela détruit l’estime de soi des enfants et entrave donc la possibilité de cultiver une estime de soi saine.

Le type de personnalité qui est fréquemment généré chez les personnes victimes d’humiliation est une personnalité dépendante. En plus, certains ont développé une personnalité de «tyran» et d’égoïste comme mécanisme de défense, et certains humilient les autres pour se protéger eux-mêmes de l’humiliation.

Avoir subi ce type de blessure émotionnelle oblige à travailler sur son indépendance, la compréhension de ses besoins, ses peurs et ses priorités.

La trahison

Cette blessure émotionnelle se génère lorsque les personnes proches de l’enfant ne tiennent pas leurs promesses, ce qui lui fait se sentir trahi et trompé.

En conséquence, l’enfant développe une méfiance qui peut se transformer en différents sentiments négatifs. La personne victime de trahison ne se sent pas digne de ce qu’on lui promet et ne pense pas mériter ce que les autres ont.

Cette blessure construit des personnalités perfectionnistes qui doivent toujours tout contrôler. Ces personnes ne laissent pas de place au hasard, elles planifient tout en détail.

Ces personnes ressentent aussi souvent le besoin d’exercer un certain contrôle sur les autres. Ce sont des caractères forts. Mais en réalité, elles ont construit un mécanisme de défense, un bouclier protecteur pour ne pas être déçues à nouveau.

Ces personnes doivent travailler sur leur patience, la tolérance et le savoir vivre. Elles doivent apprendre à être seules et à déléguer des tâches pour ne plus être dans le contrôle permanent.

L’injustice

Les blessures émotionnelles sont générées dans les foyers où les parents (ou tuteurs) sont froids et autoritaires. Une exigence excessive génère des sentiments d’inefficacité et d’inutilité, aussi bien pendant l’enfance qu’à l’âge adulte.

Albert Einstein a très bien synthétisé cette idée avec sa phrase bien connue : “Nous sommes tous des génies. Mais si vous jugez un poisson par sa capacité à grimper à un arbre, il vivra toute sa vie en croyant qu’il est stupide”.

En conséquence, quiconque éprouve ce genre de douleur peut devenir une personne rigide, qui n’admet pas les demi-mesures. Ce sont généralement des personnes qui essaient d’être très importantes et d’obtenir un grand pouvoir.

Cette blessure émotionnelle génère des fanatiques de l’ordre, du perfectionnisme, ou à l’inverse du chaos. Ce sont des personnes qui radicalisent leurs idées et par conséquent, elles ont du mal à prendre des décisions.

Pour faire face à ces problèmes, ces personnes doivent travailler sur la suspicion et la rigidité mentale, afin de générer une plus grande flexibilité et de donner plus de confiance aux autres.

Les masques

Comme nous avons pu le voir, chacune des blessures émotionnelles est liée à des mécanismes de défense qui nous permettent de survivre. Nous devons cependant distinguer ces mécanismes qui renforcent encore plus nos blessures émotionnelles au lieu de les guérir.

Voici quelques exemples:

  • Toujours vouloir garder le contrôle
  • Être trop strict
  • Être obsédé par différents sujets
  • Toujours vouloir avoir raison
  • Vouloir que tout soit toujours parfait
  • Être autonome et ne jamais demander d’aide aux autres
  • Se focaliser sur les erreurs des autres
  • Dépendre des autres pour tout
  • Vouloir échapper aux émotions désagréables
  • Laissez les autres contrôler sa vie

Ces mécanismes de défense sont comme des masques portés par la personne blessée pour se protéger des situations difficiles, pendant lesquelles les peurs générées par les blessures émotionnelles sont activées.

La construction du masque est le produit de l’ego et son utilisation nous éloigne de notre véritable personnalité.

Les 5 blessures émotionnelles sont décrites et analysées par Lise Bourbeau dans son fameux livre “Les 5 blessures émotionnelles qui empêchent d’être soi-même”. Si vous ce sujet vous intéresse, je vous le recommande vivement.

Les différents états d’esprits

Il existe deux types d’états d’esprits différents, qui ont des répercussions sur notre réussite. C’est pourquoi il est important prendre conscience de nos différents états d’esprit à tout moment de la journée, pour pouvoir s’améliorer.

L’esprit négatif

L’esprit négatif est la conséquence mentale, émotionnelle et même physique des différentes expériences que l’on a vécues depuis la petite enfance. Nous interprétons tous les messages sous forme de phrases, de gestes et même de silences, reçus de la part de nos proches et tout notre environnement social de façon générale.

On se construit une façon de percevoir, d’exprimer, de se comporter et de répondre à la réalité qui nous entoure.

Nous le faisons de manière inconsciente grâce à un mécanisme automatique de notre esprit, qui lui permet de réagir rapidement à des situations qui paraissent semblables (bien qu’elles ne le soient pas).

Chaque pensée génère des neurotransmetteurs et des neurohormones (adrénaline, dopamine, norépinéphrine, etc) dans le cerveau, qui ont des effets sur le corps plus ou moins agréables, selon le type de substance libérée.

Par conséquent, face à des situations de la vie quotidienne, l’attention est dirigée principalement vers des aspects négatifs, de façon automatique et plusieurs fois par jour. Ces expériences émotionnelles sont négatives, et génèrent des émotions négatives : peur, colère, rage, frustration, etc.

Voici des exemples de pensées automatiques :

  • Ne pensez qu’en noir ou en blanc
  • Supposer ce que les autres pensent
  • Imaginer un avenir négatif (catastrophe)
  • Tout généraliser
  • Penser que celui qui doit changer est l’autre
  • Dramatiser toutes les situations
  • Avoir des attentes irréalistes
  • Insulter (soi-même et les autres)
  • Blâmer (soi-même ou les autres)
  • Se comparer avec les autres
  • Minimiser les choses positives
  • L’obsession de trouver l’erreur en tout

La fonction de la peur

La peur est une émotion qui paralyse. Son impact est si fort qu’il provoque une paralysie physique, mentale, sociale et affective.

La peur est à l’origine de la plupart des pires caractéristiques de l’humanité telles que le racisme, l’homophobie, le classicisme, le rejet de l’inconnu, etc.

Notre éducation est à l’origine du développement de nos peurs.

Cependant, cela n’est pas forcément négatif. La peur répond à un mécanisme biologique qui a pour objectif de fournir une réponse rapide et efficace au danger potentiel. C’est l’outil qui nous sauve de nombreux dangers.

Pour se libérer de certaines paralysies, il s’agit d’analyser ses peurs et d’identifier si elles sont rationnelles ou non.

L’esprit positif

Développer un esprit positif ne se fait pas magiquement en une heure grâce à un cours. L’état d’esprit positif ou la pensée positive est un mode de vie, dont l’objectif est d’apporter de la joie, du bonheur, de la santé et du succès dans notre vie.

L’état d’esprit positif se ressent à travers nos actions, c’est une attitude que les autres peuvent percevoir en nous.

Peut-être vous demandez-vous pourquoi développer un état d’esprit positif. La réponse est simple.

Un esprit positif attire des choses positives.

Vous voyez, toutes les situations et les personnes qui entrent dans votre vie sont le reflet de vos pensées, émotions et sentiments, qui fonctionnent comme un filtre pour attirer tout ce qui arrive dans votre vie.

Voici une illustration qui résume parfaitement ce que vous pouvez faire pour garder un esprit positif en toute situation. Sur l’image, la zone en jaune clair représente vos actions, celle en jaune vif représente votre physique et celle en blanc représente votre mental.

Esprit positif

Introduction au Mindfulness

Le mindfulness

Qu’est-ce que le Mindfulness ?

La pleine conscience (Mindfulness en anglais) consiste à prêter attention au moment présent de manière concentrée, intentionnelle et sans jugement.

Pour développer l’attention sur son esprit, il existe une méthode qui est basée sur l’accompagnement de la respiration en ressentant, en percevant et en observant à la fois les sensations corporelles et les pensées qui circulent pendant l’exercice de respiration.

Le fait de prendre conscience de ce que l’on ressent provoque un grand bien être et libère de beaucoup de maux. Le pratiquer tous les jours permet d’obtenir ces résultats sur le long terme, pas seulement pendant l’exercice.

La respiration, la base du Mindfulness

Si nous observons nos modèles de comportement et la façon dont ils interfèrent avec notre respiration, nous pouvons voir qu’il existe un point commun entre notre respiration inconsciente (préoccupations, désirs, luttes) et notre respiration consciente.

La respiration consciente permet de trouver l’équilibre physique et mental, afin de trouver l’harmonie intérieure. Elle relie le conscient à l’inconscient.

Cette attention à la respiration doit se faire à travers l’observation sans jugement, avec amour et avec curiosité.

Je vous donne la méthode de respiration dans mon article sur le Mindfulness.

Commencez à développer votre intelligence émotionnelle

Développez votre intelligence émotionnelle

Il n’y a pas d’age ou de niveau culturel pour développer son intelligence émotionnelle. N’importe qui peut le faire dès maintenant et de manière autonome.

Si vous commencez à développer votre écoute de vous-même vous permettra dans un premier temps de mieux vous comprendre et vous accepter, et vous permettra ensuite de vous améliorer.

Ne seriez-vous pas plus heureux si vous arriviez à mieux contrôler vos émotions, à vous accepter comme vous êtes et ressentir un profond bien-être en toute situation ?

Votre vie ne serait-elle pas remplie de succès à tous les niveaux si vous aviez de meilleures interactions avec votre entourage, que ce soit dans votre cercle familial, avec vos amis ou dans votre vie professionnelle ?

C’est un travail sur le long terme alors n’attendez pas plus longtemps pour commencer à vous écouter. Cela ne coûte rien et ne demande aucune compétence.

Vous pouvez commencer par suivre ces quelques conseils dès aujourd’hui :

  • Soyez ouvert : Ouvrez-vous et partagez à votre entourage des choses qui arrivent dans votre vie et qui affectent vos relations de travail et personnelles
  • Développez votre empathie (en écoutant profondément) et acceptez les opinions des autres
  • Essayez de maintenir une attitude positive en toute circonstance (pour cela, gardez en mémoire l’image noire sur l’esprit positif, imprimez-la s’il le faut)
  • Soyez patient quand les choses ne se passent pas comme prévu et restez calme, prenez de la distance
  • Essayez de vous focaliser plus souvent sur les côtés positifs, au lieu de vous focaliser sur le négatif

J’espère que cet article vous a plu. J’ai souhaité partager avec vous ce que j’ai appris lors d’une formation que j’ai récemment suivie, qui a changé ma vie.

À l’école on nous enseigne des tas de choses compliquées qui ne nous servent pas beaucoup dans notre vie, mais on oublie de nous expliquer l’essentiel, qui est pourtant extrêmement simple, mais est la base pour réussir sa vie : Savoir s’écouter, se comprendre, s’accepter, pour accepter les autres et interagir sainement avec eux.

C’est la base pour réussir à construire de grande choses.

Dites-moi dans les commentaires ce que cet article vous inspire, je serai content de vous lire et de vous répondre 🙂

Partager l'articles
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
Pas de commentaires

Commenter