Top
Accueil / Blog  / Projet professionnel  / Faut-il suivre ses passions pour s’épanouir ?
Suivre ses passions est un mauvais conseil

Faut-il suivre ses passions pour s’épanouir ?

On entend un peu partout qu’il faut suivre ses passions pour s’épanouir.

J’ai un scoop.

Non seulement c’est un conseil peu réaliste, mais c’est aussi complètement faux.

Cela permet aux mauvais blogueurs et youtubeurs de faire des vues, mais concrètement, cela ne vous aide pas à trouver votre voie.

Voyons dans cet article pourquoi c’est faux mais surtout, comment faire pour devenir cette personne experte, respectée et épanouie qui est passionnée par son emploi.

Développez vos compétences

Tout le monde rêve d’être cet employé passionné et épanoui dont tout le monde parle.

Mais contrairement à ce qu’on lit partout sur le web, trouver le job de ses rêves et exceller dedans, ne se fait pas en suivant ses passions.

Tous ces mauvais articles se basent sur le fameux discours de Steve Jobs à Stanford.

Discours qui a mal été interprété par beaucoup de personnes.

Voici la vidéo en question qui a fait le tour du monde, au cas où vous ne l’auriez pas vu.

En regardant la vidéo, on pourrait penser que le message qu’a voulu nous faire passer Steve Jobs et que pour être heureux professionnellement, il faut suivre ses passions.

Mais ce qu’il faut vraiment comprendre de son message est différent.

Il vaut mieux se concentrer sur le développement de ses compétences que suivre ses passions.

Je m’explique.

Beaucoup de personnes ont retenu de ce discours que le meilleur moyen de faire du bon travail est d’exercer un métier qui est une passion.

Mais c’est un énorme raccourci.

Steve Jobs aimait bricoler et bidouiller, alors il est devenu bon là-dedans.

Il n’a jamais dit : « je veux concevoir des ordinateurs ».

En fait, plus on s’intéresse à un domaine et plus on se renseigne dessus, plus celui-ci devient une passion.

« Suivre ses passions ». En voilà un conseil ridicule !

Si on réfléchit, tout le monde a les mêmes passions.

Aller au cinéma, faire du yoga, sortir avec ses amis, jouer aux jeux vidéos, jouer de la musique, faire du foot, faire du vélo.

Les emplois qui apportent de la valeur dans ces domaines ne sont pas des « passions » pour les gens qui les pratiquent.

Vendre des balles de golf quand on est passionné de golf n’est peut-être pas le travail le plus passionnant.

Ouvrons les yeux, le cas des chanteurs ou des footballeurs sont des exceptions.

Il y a une différence entre emploi, carrière et vocation.

Devenir expert prend du temps.

Les personnes qui considèrent leur emploi comme une vocation sont celles qui ont le plus d’expérience dedans.

Tout le temps qu’on dédie à une activité permet de devenir un acteur respecté et autonome.

C’est quand on a cela que l’on commence à s’épanouir.

La plupart des gens pensent de la manière suivante : Qu’est-ce que le monde peut m’offrir ?

C’est un raisonnement centré sur soi-même.

Le créateur de valeur pense différemment, il se demande plutôt : Qu’est-ce que je peux offrir au monde ?

Une entreprise se fiche de ce que vous voulez faire.

Elle regarde ce que vous pouvez lui apporter.

Plus vous pouvez lui apporter, plus votre valeur augmentera.

Comment apporter de la valeur à une entreprise ?

Selon Anders Ericsson, si on veut devenir un expert dans un domaine, on a besoin de 10,000 heures de pratique délibérée dans ce domaine.

Il s’est rendu compte que pour beaucoup de musiciens ou de sportifs à succès, leur point commun était qu’ils avaient environ 10000 heures de pratique délibérée dans leur domaine.

Ces 10000 sont aujourd’hui contestées, mais ce qui est important, c’est le terme de « pratique délibérée ».

Car c’est la répétition des tâches ennuyeuses qui permet de devenir un expert.

Comme le dit si bien le joueur de tennis André Agassi, devenir champion était on ne peut plus ennuyeux quand il était enfant, lorsqu’il s’entrainait à servir à la chaine.

Pourtant, c’est la répétition ennuyeuse de ces gestes qui a fait de lui un champion. La passion est arrivée plus tard.

Donc devenir passionné par son emploi requiert avant tout d’avoir énormément d’expérience et de s’être invertit profondément, par envie et intérêt, mais surement pas par passion.

La passion vient plus tard, une fois qu’on domine notre domaine, qu’on est respecté et qu’on a une certaine liberté de mouvement.

Le profil « T-shaped »

Le concept de T-shaped a été introduit en 1991 par David Guest.

Il existe différents types de profils professionnels :

  • Vous n’avez que des compétences généralistes, alors vous être « dash-shaped » (barre horizontale).
  • Vous possédez des compétences spécialisées, vous êtes « I-shaped » (barre verticale).
  • Vous avez des compétences généralistes avec une ou plusieurs spécialisations, vous êtes T-shaped.

Les profils T-shaped sont recherchés par les entreprises, car ils apportent en général beaucoup de valeur.

On ne peut pas être bon partout dans son domaine. Il faut se spécialiser dans une compétence sur un domaine précis qui nous plait et devenir le meilleur dedans. C’est comme ça qu’on devient expert.

Un exemple parlant

Un jeune homme est expert en création de logos. Il est devenu le meilleur dans ce domaine et est aujourd’hui le patron d’une agence internationale très reconnue.

Pensez-vous qu’enfant, son rêve était de faire du design de logo ?

Probablement pas.

Mais il a passé des années et des années à étudier les types de logos, les besoins, les tendances. Il a développé une expertise et une passion dans ce domaine.

La passion est une conséquence et non pas une cause.

On devient passionné en devenant expert. On ne devient pas expert en étant passionné.

Comment trouver la motivation pour développer une compétence ?

Vous vous demandez surement comment trouver la motivation pour développer une compétence, alors que cela demande de travailler dur sur des tâches rébarbatives pendant des milliers d’heures ?

Et bien il faut être sûr de la direction où l’on va. Il faut avoir de la vision.

Vous voyez, nous sommes nombreux à ne jamais avoir eu de passion. Et souvent, on se déprime de ne pas en avoir. On se dit qu’on a un problème. Mais arrêtons de nous torturer. Nous sommes une grande majorité dans ce cas-là.

La passion se développe avec le temps. Il faut regarder les compétences qu’on a développées, regarder si elles auront de la valeur dans le futur et foncer pour les développer.

Je vous invite à lire cet article pour définir votre plan de carrière et définir votre motivation profonde.

Pour aller plus loin

Suivre ses passions n’est pas un bon conseil, si vous voulez trouver votre voie.

Le livre « so good that they can’t ignore you » de Cal Newport traite du sujet comment avoir un travail passionnant en devenant expert dans un domaine. Il existe en anglais seulement malheureusement.

Je vous le recommande, si vous êtes à l’aise en anglais.

Il nous est tous arrivé un jour ou l’autre de regarder avec jalousie, des personnes qui sont expertes reconnues dans leur domaine. Celles que tout le monde sollicitent et écoutent, qui paraissent passionnées par ce qu’elles font.

Alors on se dit : Et si seulement j’avais une passion comme eux…

Mais voilà, on ne naît pas avec une passion. On la développe.

Plus on passe du temps sur quelque chose qui nous plait, plus on la considère comme une passion.

Pour devenir cette personne qui vous fait tant rêver, il va falloir vous retrousser les manches et être patient.

Cela demande de travailler longtemps avec intérêt et curiosité.

Avec le temps, vous deviendrez un expert reconnu, vous allez pouvoir influer sur le monde qui vous entoure et avoir cette liberté professionnelle que tout le monde cherche à avoir.

Et oui, obtenir cette situation professionnelle ne se fera pas du jour au lendemain. Vous devrez transformer un simple emploi en carrière, puis votre carrière en ce qui s’apparentera à une vocation profonde.

Alors un conseil.

Le meilleur moyen de trouver la patience d’en arriver là est de prendre du plaisir à chaque instant.

J’espère que ce court article vous aura inspiré.

Si vous souhaitez recevoir ce genre de message plus souvent, alors recevez, vous aussi, mes emails privés.

Les emails privés, c’est :

  • Mes messages inspirants et mes meilleurs conseils tous les lundis
  • 60 % de réduction sur mes nouvelles formations lors de leur sortie
  • Des cadeaux exclusifs (eBooks, formations et plus…)

À tout de suite !

Partager l'article
Pas de commentaires

Commenter