Top
Accueil / Blog  / Développement personnel  / Reprendre confiance en soi après un échec
retrouver confiance en soi après un échec

Reprendre confiance en soi après un échec

Reprendre confiance en soi après un échec professionnel est nécessaire si vous voulez aller de l’avant.

Malheureusement, certaines expériences professionnelles fragilisent et font perdre confiance en soi.

Dans cet article, nous verrons comment apprivoiser l’échec et faire le bilan, afin de réussir à tourner la page définitivement et aller de l’avant.

Peu importe le type d’échec que vous avez connu : vous avez subi une expérience professionnelle destructive, vous avez échoué vos études, on vous a refusé cette promotion tant attendue…

L’échec peu avoir des conséquences importantes sur la confiance en soi.

Voici mon plan en quatre étapes pour reprendre confiance en soi après un échec.

1. Dédiaboliser l’échec

L’échec, c’est cool !

L’échec fait partie de la vie.

Avant même de reprendre confiance en soi après un échec, il faut d’abord changer sa vision de l’échec.

Gardez toujours en tête que les personnes qui accomplissent des grandes choses, connaissent toutes de gros échecs.

Des échecs tellement violents, qu’on se demande parfois comment ils font pour s’en relever.

Être une personne qui réussi, c’est avant tout être une personne qui surmonte les échecs.

Beaucoup de gens voient l’échec comme une humiliation et une fin.

C’est exactement l’inverse !

L’échec est une force.

Vous avez eu un gros échec ?

Tant mieux !

Cela signifie que vous prenez des risques et que vous avancez.

Convertissez cette énergie négative qui vous écrase, en une énergie positive qui vous stimule et vous pousse à casser la baraque.

Ce qui bloque beaucoup de personnes, c’est qu’ils se sentent humilié.

Elles se demandent ce que va penser leur entourage.

On s’en fiche !

Faites votre chemin sans vous soucier de ce que pensent les autres (aussi proches soient-ils).

Si cela vous aide, vous pouvez préparer une version embellie à raconter lorsqu’on vous demande des nouvelles.

Mais gardez votre énergie pour ce qui est vraiment important.

Il y a une chose que j’admire de la culture nord américaine (peut-être la seule), c’est leur rapport à l’échec.

Ils ont compris qu’avant de connaitre un beau succès, il faut avoir vécu cinq échecs.

Dans leur culture, échouer les rapproche du succès. Ils sont fiers de leurs échecs.

À l’inverse, en France l’échec est mal perçu, c’est ce qu’il faut changer.

Ne prenez donc pas l’échec trop au sérieux et gardez en tête qu’il vous rapproche du succès.

Prenez l’exemple d’un bébé qui apprend à marcher : il enchaine les chutes sans se laisser affecter du regard des autres. Il recommence, encore et encore, jusqu’à réussir à marcher.

L’échec fait partie de la vie : ceux qui évoluent échouent. Tous.

Si vous ne voulez subir aucun échec, ne faites rien. Restez sur votre canapé à regarder la télévision.

L’échec est le signe que vous n’étiez pas à la bonne place

Si vous avez échoué, ce n’est pas que vous êtes nul(le).

C’est peut-être simplement que vous n’étiez pas à la bonne place.

C’est le bon moment pour prendre le temps de vous poser alors les bonnes questions.

Peut-être est-ce le moment de donner à votre carrière un virage à 90 degrés ?

2. Faire le bilan de son échec

Rappelez-vous des choses positives

Pour reprendre confiance en soi après un échec, remémorez-vous tout le positif de cette expérience, au lieu de vous focaliser sur le négatif.

Prenez une feuille de papier et un stylo et notez vingt choses dont vous êtes fier(e).

Remémorez-vous toutes les choses positives que vous avez faites.

Tout n’est pas négatif dans un échec.

Il y a forcément quelque chose de positif.

Prenez le temps de noter le positif, pour l’emmener avec vous dans vos prochaines aventure.

Identifiez les causes de l’échec

Une fois que vous vous êtes remémoré vos succès, essayez d’identifier ce qui n’a pas marché.

Soyez honnête avec vous-même.

Admettez votre part de responsabilité.

Mais allez plus loin.

Trouvez des causes qui expliquent vos fautes ou vos erreurs.

Par exemple, j’ai eu une mauvaise expérience professionnelle il y a quelques années.

J’ai commencé un emploi avec toute la motivation du monde et j’étais performant.

Mais avec le temps, j’ai perdu la motivation et mon attitude n’était plus celle attendue.

En premier lieu, je suis responsable de mon attitude. Mais en creusant un peu, la responsabilité est clairement celle de l’entreprise et de son mauvais management, qui m’a petit à petit broyé.

J’ai mis du temps à regagner confiance en moi. Je ne me sentais pas à la hauteur. Il m’a fallu me remémorer mes débuts, pour arriver à la conclusion que mes erreurs étaient la conséquence des erreurs de l’entreprise.

De manière générale, lorsque vous analysez les causes de votre échec, séparez les choses qui dépendent de vous et celles qui ne dépendent pas de vous. Ne perdez pas de temps avec les choses sur lesquelles vous n’avez aucune influence.

3. Se reconstruire après l’échec

Une fois qu’on a analysé en profondeur son échec, on peut commencer à travailler à reprendre confiance en soi.

Si vous en avez l’occasion, prenez du temps pour vous reconstruire.

  • Si votre emploi actuel vous a broyé, mettez-vous en congé maladie.
  • Si vous vous êtes fait virer, mettez-vous au chômage.

Profitez de ces avantages sans culpabiliser, vous le méritez !

Passez du temps avec vos proches, autorisez-vous à pratiquer des activités qui vous plaisent, prenez du temps pour vous, lisez, méditez, écoutez de la musique, voyagez, augmentez votre contact avec la nature, etc.

Réapprenez à vous aimer et à confier dans le fait que vous réussirez à vous épanouir.

L’autre jour, une de mes coachées, infirmière, me racontait comment elle a dû se mettre en arrêt maladie parce que le cadre de son travail était devenu insupportable.

La structure dans laquelle elle travaille l’a complètement broyé.

À ce moment-là, elle n’arrivait plus à croire en l’avenir.

Elle a depuis retrouvé un emploi, dans lequel les conditions de travail sont bonnes.

Il est important que vous chassiez de votre esprit votre échec et la négativité qu’il a occasionnée.

Dites-vous que l’échec a eu lieu parce qu’il a manqué quelque chose.

L’équilibre est parfois difficile à trouver.

Cela ne veut pas dire que le monde est condamné ou que vous êtes condamné à échouer.

Vous trouverez le bonheur, soyez-en convaincu.

Si le sujet de la confiance en soi vous intéresse, je vous recommande vivement mon article complet sur le sujet.

4. Tourner la page définitivement

Maintenant que vous acceptez l’échec et que vous avez passé du temps à faire le bilan, il est tant de tourner définitivement la page.

Vous avez gardé ce qui était bon à garder, vous avez identifié les causes de l’échec pour ne plus que cela se reproduise et vous avez fait le plein de confiance en vous.

C’est le moment d’aller de l’avant.

Demandez-vous : « maintenant, quelle est la prochaine étape ? »

Car oui, votre échec n’était qu’une étape dans votre vie professionnelle.

Peut-être qu’en identifiant les causes de l’échec, vous êtes-vous rendu compte que votre contexte ne vous permettait plus de vous épanouir et qu’il est temps de tout changer.

Chaque situation est différente.

L’important est d’être honnête avec vous-même.

Écoutez-vous, et planifiez votre prochaine étape.

Puis lancez-vous !

Votre dernier échec vous a rendu que plus fort !

Pour aller plus loin

Reprendre confiance en soi après un échec professionnel peut s’avérer difficile et long.

Surtout si vous n’avez pas la culture de l’échec.

Une mauvaise expérience ou un « échec », vous rapproche du succès !

Ne vous préoccupez pas de ce que pensent votre entourage et faites le bilan.

Soyez honnête avec vous-même, c’est important.

Car, si vous vous mentez à vous-même, cet échec se reproduira et vous n’aurez rien appris.

Remémorez-vous les choses positives et identifiez ce qui n’a pas marché.

Si les dégâts sont importants, prenez le temps dont vous avez besoin pour vous reconstruire.

Oui, l’échec peut être humiliant, mais n’en faites pas trop.

L’humiliation est dans votre tête. Ne gaspillez pas d’énergie à imaginer ce que pensent les autres.

Allez de l’avant et ne vous retournez pas.

J’espère que cet article vous aura inspiré.

Si vous souhaitez recevoir ce genre de message plus souvent, alors recevez, vous aussi, mes emails privés.

Mes emails privés, c’est :

  • Mes messages inspirants et mes meilleurs conseils tous les lundis
  • 60 % de réduction sur mes nouvelles formations lors de leur sortie
  • Des cadeaux exclusifs (eBooks, formations et plus…)

À tout de suite !

Partager l'article
Pas de commentaires

Commenter